DESSIN DE PRESSE DE PLANTU.

B) LES SUJETS CENSURÉS.

Ayant vu dans la première partie les moyens mis en œuvre pour censurer, nous allons maintenant voir les sujets censurés par le gouvernement.

Tout d'abord, la Chine censure par mots clés. Elle oblige ainsi les moteurs de recherche s’installant sur le pays (Yahoo!, Google ou Baidu: premier moteur de recherche en Chine) à censurer certains mots clés, empêchant ainsi de faire usage de ces mêmes moteurs de recherche afin d’obtenir certaines informations sur des sujets qui placent le gouvernement dans une mauvaise position d’une façon ou d’une autre. Ces mots clés sont au nombre de 236. Parmi cette liste, seulement 18 concernent des obscénités, les autres étant liés à la politique (pour 92% d'entre eux) et à l'histoire du pays, le meilleur exemple étant celui de la place Tian'anmen (un exemple figure en bas de l'article). Le Washington Post a pris possession de cette liste de mots et les a tous essayés. L'étude révèle que dans certains cas, il a été possible d'accéder à des pages contenant le mot recherché mais les pages sensibles étaient le plus généralement impossibles d'accès.

En plus de cette filtration par mots clés, la censure s'exerce sur des sites particuliers. Ainsi, les sites d'information étrangère et spécialement ceux détenant des forums, la BBC news et Hong-Kong news sont ainsi très surveillés. Tous les sites sur l'indépendance du Tibet ou des Ouïghours, tout comme les sites religieux et du mouvement spirituel chinois Falun Gong. Et pour finir, l'une des causes officielle de la censure, la pornographie.

Ainsi, tout ce qui pourrait remettre en cause la légitimité du gouvernent chinois est caché, bloqué ou même détruit par le gouvernement.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire