DESSIN DE PRESSE DE PLANTU.

A) LES MOYENS MIS EN OEUVRE POUR CONTROLER INTERNET

Selon Pierre Haski dans son livre Internet et la Chine, « Lorsque dans les années 1990 les dirigeants chinois ont été confrontés à l’émergence d’Internet, ils avaient le choix entre deux attitudes : bloquer cette technologie potentiellement dangereuse car vecteur d’informations et d’idées non contrôlées, ou épouser la modernité économique et tenter d’en atténuer les effets négatifs ».

Nous allons dans cette première partie nous demander comment la République Populaire de Chine contrôle l’accès de l’Internet à ses citoyens en traitant les moyens mis en œuvre par le pays pour censurer ce média, puis des peines encourues par les «cyberdissidents», c'est à dire des personnes qui transgressent la loi en publiant sur internet des informations ou des opinions qui ne sont pas approuvées par le gouvernement.

La Chine, afin de contrôler l’accès à Internet de ses occupants met en place des moyens gouvernementaux, humains et technologiques. Nous allons donc traiter ces trois sujets dans cette sous partie.
Tout d’abord, le gouvernement chinois a mis en place plusieurs centres, bureaux et ministère afin de contrôler l’Internet :
-le Bureau Internet et le Centre d’étude de l’opinion publique du Bureau de l’information du Conseil d’Etat ;
-le Bureau Internet et le Bureau de l’information et de l’opinion publique du département de la communication ;
-le ministère de l’Industrie de l’information ;
-le Bureau de surveillance et de sécurité des informations sur Internet du ministère de la Sécurité publique ;
-le Centre d’enregistrement des informations illégales et inconvenantes sur Internet du ministère de l’Industrie de l’information.
Ainsi, depuis plus de 10 ans, ces centres, bureaux ou ministères sont à l'origine des lois, règlements et autres codes de conduites permettant la censure progressive du média.
De plus, la Chine met en place des moyens humains. Ainsi, elle a crée la cyberpolice (des dizaines de milliers de personnes, le nombre de 40.000 agents étant généralement cité, sans aucune certitude). Ces agents sont répartis à travers la Chine, disposant d’un matériel électronique considérable.

Ces agents sont assistés de 280.000 modérateurs (ou honkers), chargés d’orienter les débats dans les forums et, si le cas se présentait, dénonceraient les internautes qui s’éloigneraient trop de « la ligne officielle ». Ces "honkers" peuvent être volontaires ou salariés. Selon l'hebdomadaire de Canton Nanfang Zhomou, les agents d’influence recrutés doivent « comprendre la politique gouvernementale, être suffisamment informés des théories politiques, et être politiquement fiables. Ils seront les guides de l’opinion publique, apparaissant comme de simples internautes, c’est plus efficace ». Ces "honkers" auraient joué un rôle important dans la gestion de la crise tibétaine en mars 2008 (voir photo).

Le gouvernement Chinois a également mis en place des moyens technologiques afin de contrôler l’Internet. Il faut savoir que le système de censure chinois est composé de trois logiciels de censure : la « nounou net », logiciel éliminant le contenu en forçant l’auto censure. Le « grand pare-feu » qui bloque l’accès à l’Internet en Chine Continental et les « moteurs de recherche manipulation » qui cachent les sites en les rendant invisibles. A ces moyens de censure s’ajoute le logiciel filtrant les sites Blue Shield, plus puissant que son prédécesseur avorté Green Dam. Ce filtre a été lancé par le gouvernement, officiellement en tant que logiciel bloquant l’accès aux sites pornographiques. Mais, ce logiciel est un puissant outil de censure car selon Reporters Sans Frontières, il bloque aussi les sites culturels, d’informations et politique. Ceci est d’une grande aide pour le parti communiste chinois pour maitriser les informations. Les sites politiques bloqués, cela permet au gouvernement de laisser ses citoyens dans l’ignorance. De plus, les moteurs de recherche tel que Google ou Yahoo! ont acceptés de plier devant la Chine en acceptant de ne pas divulguer certaines informations, essuyant une rafale de critiques dans le monde. Les mots comme « dalaï lama » ou « démocratie » sont filtrés par ces moteurs de recherche. Par ailleurs, selon Reporters sans frontières, 14 multi-nationales auraient fourni au gouvernement chinois des technologies permettant la censure (Cisco Systems, Microsoft, Nortel, Sun Microsystems).
Le gouvernement chinois a mis en place des moyens afin de contrôler l’accès aux informations via Internet. Et a également prévu de sanctionner ceux qui réussisent à enfreindre les règles

8 commentaires:

  1. La photo a été prise au Népal, cela se voit aux uniformes des policiers.

    RépondreSupprimer
  2. http://apexglobalsourcing.wordpress.com/2013/04/23/censure-vous-avez-dit-censure/

    RépondreSupprimer
  3. Merci de partager ces images bénéfiques, des idées et des informations avec nous. Votre article de blog est vraiment très utile lorsque vous discutez à propos de Internet. S'il vous plaît continuer à partager plusieurs vues avec nous.

    Transport En Chine | Import Export

    RépondreSupprimer
  4. Merci de partager ces images bénéfiques, des idées et des informations avec nous. Votre article de blog est vraiment très utile lorsque vous discutez à propos de Internet. S'il vous plaît continuer à partager plusieurs vues avec nous.

    Transport En Chine | Import Export

    RépondreSupprimer
  5. Merci de partager ces images bénéfiques, des idées et des informations avec nous. Votre article de blog est vraiment très utile lorsque vous discutez à propos de Internet. S'il vous plaît continuer à partager plusieurs vues avec nous.

    Transport En Chine | Import Export

    RépondreSupprimer
  6. Merci beaucoup de vous partager les infomations bénéfiques,si possible,est-ce que vous pouvez donner des moyens pour les Chinois à surfer les sites interdits,merci beaucoup

    RépondreSupprimer